Qui est miss tic ? Artiste street art ou féministe ?

Qui est miss tic ? Artiste street art ou féministe ?

Aujourd'hui un article sur une femme ! Eh oui l'art urbain n'est pas qu'un milieu d'hommes !

Grande figure du street art parisien aujourd'hui considérée comme une des pionnières du mouvement en France, Miss Tic n'est plus à présenter ! Ah ben si en fait...vous connaissez pas...
misstic-street-art-je-ne -croyais-en-rien-mais-je-n'y-crois-plus
Né à Paris (Montmartre) en 1956, cette artiste commence à faire apparaître ses œuvres dès 1985, période durant laquelle les graffitis n'étaient pas encore vraiment présents dans le paysage urbain. (seuls  les pionniers comme Jef Aérosol, Blek le rat, speedy graphito et quelques autres artistes/graffeurs à l'époque)
Miss Tic est le fruit  d'une rencontre entre un immigré tunisien et une paysanne française. Après un terrible accident en 1966 où elle perd sa mère, son frère et sa grand-mère; c'est son père qui décède en 1972 à la suite d'une attaque cardiaque. Après ces épisodes traumatiques où les repères sont peu nombreux, elle s'oriente vers les arts appliqués. Elle devient rapidement une adepte des décors de théâtre, de la photogravure et des maquettes.

D'où vient le nom Miss Tic ? Eh bien soit vous le savez soit vous êtes trop jeune pour avoir connu le merveilleux et magique : Journal de Mickey. C'est le personnage de la sorcière un brin diabolique nommée Miss Tick qui inspirera directement l'artiste. Je vous laisse deviner où est la ressemblance. J'ai moi-même réalisé une commande pour un client en peignant Mickey. Vous pouvez le trouver dans la galerie. Si vous souhaitez commander un portrait d'après photo (tout type) façon stret art , aller jeter un oeil par là.

misstic-street-art-je-prête-à-rire-mais-je-donne-a-penser
Après une rupture amoureuse particulièrement difficile, elle décide d'exprimer son dépit et ses sentiments dans la rue par le biais de pochoirs et bombes.
Sa technique est simple : Une image de femmes (le plus souvent récupérée dans des magazines ou des affiches) et un message (aussi appelé épigramme) qui laisse aux passants le temps de s'interroger sur la condition de la femme. Miss Tic devient alors, sans vraiment le savoir, une des premières street artiste au monde dans la catégorie pochoirs. Ses premiers pochoirs sont visibles près de Montmartre mais aussi dans le Marais et près de la Butte-aux-cailles.
misstic-street-art-soyons-des-gueux-presidente
Son style est d'une efficacité redoutable et j'apprécie particulièrement la manière dont l'image et le message font sens. Les jeux de mots et les calembours sont nombreux, ce qui fait de l'artiste une poète de la rue : On dit poétesse ?
Ses messages sont souvent axés sur une expression directe, fruit d'un passage à l'acte dans la création (je sais ça fait psy ...mais j'aime bien cette phrase !).
Ses désirs, ses sentiments, ses travers mais aussi ses fantasmes : tout y passe. Miss Tic nous livre sa vie en images synthétiques. On ne compte plus le nombre de personnes qui livrent eux aussi des phrases de leurs vie ou de simples états d'âme sur les murs de nos villes. La plupart étant particulièrement mal écrit, truffés de fautes d'orthographes et avec la technique bien connu sous le nom de "j'ai acheter une bombe donc je suis un artiste mais j'y connais rien et je viens de pourrir un mur avec une phrase à la con")
Bref ! passons.

Là où Miss Tic est singulière c'est dans sa prise de position face aux femmes. "La femme marchandise" est de loin son sujet de prédilection : les femmes dénudées, en jarretelles, avec des décolletés, des lanières et parfois des fouets. Le tout avec une phrase poétique en guise de slogan, comme pour nous dire : voilà ce que devient la femme moderne. Quelles positions prenez-vous, vous passantes et passants, face à cette évolution de l'image de la femme parfaite représentée dans les magazines et les publicités ?

misstic-street-art-un-bon-artiste-mort
Après de nombreuses œuvres et des années de travail, d'expos et de galères, elle rencontre une certaine notoriété en créant l'affiche de 'la Fête de l'Huma' présente alors sur tous les murs français en 1999. Par la suite elle réalise de nombreuses expositions dont une notable à la fondation Paul Ricard intitulée "Muses et Hommes".

 

misstic-street-art-go-homme
C'est seulement vers 2005 qu'elle obtient indirectement une authentique notoriété et une place de choix aux rangs des pionniers du street art. En effet, le street art se démocratise alors et les publicitaires, les pouvoirs publiques, les maires des villes, les magazines et le peuple français souhaitent alors des commandes de l'artiste, connaître son parcours etc... Ironiquement, elle avait été contrainte de payer une amende de 4500 euros pour dégradation d'un bien par une inscription après une arrestation et un procès en 1997, période durant laquelle l'état considère que l'art urbain n'est juste qu'une dégradation et du vandalisme (je vous invite a regardé l'excellent documentaire "Writers, 20 ans de graffiti à Paris" pour comprendre cette belle époque). On ne peux que jouir de la pertinence de nos politiques face à l'art urbain. . .
Je n'en dirait pas plus sur cette artiste merveilleuse qui n'a jamais cessé de croire en son art et en ses créations : passant du statut de "quasi vandale' à 'artiste reconnue' ou plutôt , de "femme muselée" à "l'incarnation de la femme libre".
N'hésitez pas à commentez et partagez sur les réseaux sociaux tout n'oubliant pas de me suivre pour ne rien manquer de mes prochains articles sur le street art.
Enfin, comme la coutume le veut, une vidéo interview de l'artiste, et un lien vers son site officiel et sa page facebook. A bientôt !

Écrire commentaire

Commentaires : 0